Almanach de l'agriculteur bio


L'agriculture est un long cycle, une longue attente dans l'espoir que la plante croisse et s'épanouisse. Si l'on tente bien d'apaiser Dame Nature, on reste à la merci de son bon vouloir...


Alors concrétement, un an ici, les principales étapes et les principaux risques du métier saison après saison...


Automne

 

Les dernières vendanges des quelques vignes qui ont survêcu aux campagnes d'arrachage massives se déroulent en septembre. L'année reprend doucement son cours après la folie de l'été.Toutes les feuilles des abricotiers à la belle couleur jaune sont tombées.

Puis c'est la taille et l'entretien des arbres qui s'étalent sur de longs mois. Les frimas sont là, les jours sont de plus en plus froids et la nuit arrive de plus en plus tôt. Solitude et répétition pour le tailleur.

Il faut aussi penser à labourer les champs pour, en octobre, planter l'ail et semer le petit épeautre en septembre.

 

Hiver

La taille, l'entretien des champs et du matériel se poursuivent. C'est le moment des rénovations et des petits travaux.

C'est aussi le temps de la mise en valeur des produits transformés. Le petit épeautre qui a attendu est soigneusement décortiqué et poli pour être mis en sachet et vendu sur les marchés d'hiver avec les autres produits.

Février et mars voient les premières craintes d'un redoux trop précoce qui lancerait la floraison avant les gelées d'avril...

Printemps

Le printemps arrive à petit pas. Quel reverdie ! Les aulx commencent à faire pointer leurs vertes poussent.

Peu à peu les fleurs sur les arbres fruitiers embaument. Mais on attend, on attend Pâques pour être sûr que les gelées ne détruiront pas la récolte et on regarde beaucoup vers le ciel. Pourvu qu'il ne grêle pas, pourvu que le vent ne tombe pas qui laisserait le froid revenir.

C'est aussi la crainte de nouvelles maladies, champignons, insectes...La crainte du manque de pluie. S'il ne pleut pas, les fruits ne pourront pas grossir.

Mai, l'ail est arrivé, récolte, nettoyage, emballage, départ...Toutes les petites mains sy'mettent. L'ail frais n'attend pas !

 

Eté

Juin, les premiers saisonniers s'installent près de la maison. Les cerises mûrissent progressivement. C'est une campagne joyeuse. Le soleil est bien là. Mais pourvu qu'il ne pleuve pas. S'il pleuvait, les fruits fendraient et le clients n'en voudraient plus.  Il faut vendre vite, les fruits bio sont sans conservateurs mais la mévente est un risque chronique.

Juillet, la saison des abricots bat son plein, tout le monde est en ébullition. Les journées de cueillette sont longues. Tout une petite communauté s'installe dans la ferme : une vingtaine de personnes. La solitude des mois sombres est loin. Mais la récolte est tardive, en voudront-ils encore ? Parfois les clients se lassent.

La fin de saison est un soulagement, on repart tous, heureux, après un repas ensemble.

Août, la moisson : le petit épeautre arrive et remplit de nouveau le moulin. Les feuilles jaunissent, les jours raccourcissent.

 

 

(Mais oui, quand on vous dit que les paysans n'arrêtent pas de se plaindre !!)

 

 

Jaune et vert, les couleurs du naturel !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site